Accueil > Oligoéléments > Iode > Effets des hormones thyroïdiennes


Effets des hormones thyroïdiennes


Les deux hormones thyroïdiennes, la thyroxine et la triiodothyrosine présentent plusieurs actions, réparties sur quasiment tous les tissus de l'organisme. Elles jouent un rôle dans le métabolisme des aliments, mais aussi au sein du système nerveux ou dans la croissance.



Les deux hormones de la thyroïde, la thyroxine et la triiodothyrosine (la seconde étant 10 fois plus active que la première) agissent sur les cellules de presque tous les tissus (à l’exception de certains organes adultes : l’encéphale, la rate, les testicules, l’utérus et la glande thyroïde elle-même).

On leur prête ainsi un nombre important d’actions :
- Elles activent tous les métabolismes (lipidique, protéinique et glucidique), ont un effet calorigène, favorisent le développement du système nerveux chez le fœtus et le nourrisson et sont essentielles au fonctionnement du système nerveux chez l’adulte.

- Elles favorisent également le fonctionnement normal du cœur, la croissance et la maturation du squelette ainsi que le développement et le fonctionnement des muscles.

- Elles permettent le fonctionnement normal des organes génitaux et stimulent la lactation chez la femme, elles favorisent la mobilité et le tonus gastro-intestinal et sont nécessaires à l’hydratation de la peau.

Dérèglement de la glande thyroïde :


A noter que l’hyperfonctionnement (= hyperthyroïdie) ou l’hypofonctionnement (= hypothyroïdie) de la glande thyroïde peuvent causer de graves troubles métaboliques.

Près de 6 millions de français seraient touchés par un dysfonctionnement thyroïdien.

Dépistage d'un dérèglement de la thyroïde :


Dans les pays industrialisés, tous les nouveaux-nés subissent à l’hôpital un dépistage de l’hypothyroïdie congénitale. Il s’agit de mesurer le taux de TSH dans le sang pour déterminer s’il est normal ou pas et agir en conséquence.

Un dépistage précoce de la maladie permet de la traiter rapidement et d’éviter l’évolution vers le crétinisme et le nanisme.

Chez l’adulte, il n’existe pas de dépistage systématique. On ne mesure le taux de TSH dans le sang pour détecter une hypo ou une hyperthyroïdie uniquement chez les sujets à risques.








Guide Phytothérapie

Toutes les plantes de phytothérapie


Guide régimes et minceur

Tous les régimes comparés



     


Rechercher sur le site :