Accueil > Oligoéléments > Iode > L’hypothyroïdie


L’hypothyroïdie


En cas de diminution trop importante de la production d'hormones thyroïdiennes, de nombreux troubles peuvent survenir : prise de poids, état dépressif et goitre chez l'adulte et crétinisme chez l'enfant (diminution irréversible des facultés mentales).



L’hypothyroïdie correspond à une insuffisance de fabrication d‘hormones thyroïdiennes.

Elle est plus souvent due à une cause locale qu’à une cause hypophysaire. Les causes d’hypofonctionnement locales sont nombreuses : thyroïdite (inflammation de la glande thyroïde) infectieuse ou auto-immune, thyroïdectomie chirurgicale ou physique (radiations), sclérose secondaire à un cancer, déficit enzymatique congénital, prise de médicaments provoquant une surcharge en iode (tels que le lithium ou l’amiodarone…) et par conséquent un arrêt de fabrication d’hormones thyroïdiennes…..

Chez l’adulte, l’hypothyroïdie se manifeste par une diminution du métabolisme basal, des sensations de froid, des problèmes de constipation, une peau épaisse et sèche, une prise pondérale, un œdème facial, une hypotonie, des douleurs articulaires, des règles irrégulières et abondantes, un état dépressif et une diminution des aptitudes mentales.

Si l’hypothyroïdie est causée par une carence en iode, la glande thyroïde s’hypertrophie, ce qui produit le goitre endémique ou myxoedémateux.

Suivant la cause, on peut traiter le syndrome hypothyroïdien complet ou myxoedème au moyen d’une supplémentation iodée ou d’une hormonothérapie de substitution (thyroxine de synthèse).

Chez l’enfant, l’hypothyroïdie grave est appelée crétinisme. Cette pathologie se manifeste par une petite taille et des proportions corporelles anormales, une langue et un cou épais ainsi qu’une arriération mentale.

On peut prévenir le crétinisme par une hormonothérapie de substitution, mais une fois apparues, les anomalies du développement et l’arriération mentale sont irréversibles.

L’hypothyroïdie se rencontrant davantage chez les femmes que chez les hommes, notamment après 50 ans, on suppose qu’il existe des raisons hormonales. Ainsi, il semblerait qu’il y ait une relation de cause à effet entre la diminution des hormones féminines au moment de la ménopause et le vieillissement de la glande thyroïde.

Il est à noter que c’est surtout par l’urine que s’opère l’élimination de l’iode (à 70%), mais elle se fait aussi par la salive, la sueur et la bile.








Guide Phytothérapie

Toutes les plantes de phytothérapie


Guide régimes et minceur

Tous les régimes comparés



     


Rechercher sur le site :