Accueil > Oméga et acides gras > Omégas 3 > Equilibre entre oméga 3 et oméga 6


Equilibre entre oméga 3 et oméga 6


De part nos modes de production et de consommation, l'équilibre entre les omégas 3 et les omégas 6, qui devrait être de 1 pour 1, est rompu. Nous consommons 10 fois trop d'omégas 6 et pas assez d'omégas 3, ce qui accroît les risques cardio-vasculaires ou inflammatoires.



Depuis 1 siècle, un déséquilibre entre les acides gras oméga 3 et 6 s'est installé dans l'alimentation des sociétés occidentales.

En effet, alors que le ratio entre ces deux familles d'acides gras devrait être de 1 pour 1, c'est-à-dire une quantité équivalente pour les deux, le ratio constaté est souvent de 1 pour 10, voire 1 pour 30 !!

Soit 10 à 30 fois moins d'omégas 3 que ce qui est conseillé !

Ce déséquilibre provient de nos modes alimentaires et du système de production intensif. Les huiles riches en oméga 3 se conservent mal, supportent peu la chaleur et rancissent si elles sont exposées à l'air et à la lumière. De ce fait, elles ont été peu à peu abandonnées pour des huiles plus stables.

Les procédés d'obtention des huiles courantes, à chaud et avec de nombreux filtrages, produits des huiles bien plus stables, mais aussi beaucoup moins riches en omégas 3, alors que leur teneur en oméga 6 restait plus importante.

Dans le même temps, la consommation de poisson a diminué, et la production de poisson d'élevage a augmenté. Ces poissons d'élevage sont naturellement moins riches en omégas 3, car les omégas 3 sont synthétisés par les poissons à partir des algues qu'ils consomment dans la nature. En élevage, ces algues ne font pas parties de leur alimentation, et donc leur teneur en oméga 3 diminue.

Il en est de même pour les légumes verts à feuille, la viande, les oeufs et le lait. Leur alimentation est de plus en plus standardisée et leur culture toujours plus intensive. Et bien entendu, la part de produits naturels riches en omégas 3 (lin et colza notamment) dans les aliments pour bétail ne cesse de baisser.

Ce déséquilibre nuit à l'utilisation des omégas 3 par le corps. En effet, les omégas 6 et 3 ont besoin d'autres micro-nutriments pour être utilisés par l'organisme de façon efficace. Les vitamines B3, B6, C et E sont utilisées pour les omégas 3 et 6, mais aussi le zinc et le magnésium. Avec un apport en oméga 6 trop important, ce sont ces omégas 6 qui vont surconsommer ces vitamines et minéraux, n'en laissant pas assez pour l'assimilation et l'utilisation des omégas 3.

In fine, ce déséquilibre entraîne les mêmes troubles qu'une carence en oméga 3 : troubles cardio-vasculaires, allergie, diminution du potentiel anti-inflammatoire ...

Ces troubles peuvent être accentués par l'alcool, mais aussi le tabac, le stress, ou des maladies comme le diabète.








Guide Phytothérapie

Toutes les plantes de phytothérapie


Guide régimes et minceur

Tous les régimes comparés



     


Rechercher sur le site :