Accueil > Vitamines > Vitamine K > Carence et excès en vitamine K


Carence et excès en vitamine K


En cas de carence en vitamine K, le temps de coagulation est fortement allongé, et le corps peut être soumis à des saignements spontanés ou des règles abondantes. A l'inverse, l'excès est quasiment sans danger.



En cas de carence en vitamine K, les risques sont graves.

Carence en vitamine K :


L’hypovitaminose K peut avoir plusieurs causes :

- La carence d’apport ne s’observe que chez le nouveau-né car son contenu intestinal ne peut pas synthétiser de vitamine K.

- La carence d’absorption intestinale qui est due à un défaut de sécrétion biliaire ou à une perturbation du transit intestinal.

- La carence par défaut de synthèse a lieu après destruction de la flore bactérienne, par un traitement antibiotique par exemple.

La carence en vitamine K a pour conséquence un abaissement du taux de prothrombine entraînant un allongement du temps de coagulation. Ce qui se traduit par :
- Une tendance aux ecchymoses.

- Une tendance aux saignements (plaies cutanées, nez, gencives,…).

- Des menstruations abondantes.

- Des hémorragies internes (le plus souvent digestives) dans les cas les plus graves.

- Un risque accru de fractures.

- Ostéoporose.

Les hémorragies peuvent être spontanées ou faire suite à un traumatisme.

Le nouveau-né étant carencé physiologiquement, on lui administre d’office à la naissance 2 mg par voie orale, dose que l’on renouvelle entre le 2ème et le 7ème jour. En cas d’allaitement maternel exclusif ou quasi-exclusif, on complémente les nouveaux-nés par 2 mg de vitamine K / semaine par voie orale, cela jusqu’à la fin de la période de l’allaitement.

En cas d’hémorragie, la vitamine K est injectée par voie intraveineuse lente, de manière à surveiller le temps de prothrombine, c’est-à-dire le temps de coagulation.
Attention : si l’hémorragie est due à un surdosage d’héparine (anticoagulant par voie injectable), la vitamine K n’aura pas d’action.

Les traitements à base de vitamine K ne doivent pas être pris en automédication.
Une surveillance médicale à intervalles réguliers est indispensable, ne serait-ce que pour évaluer les effets du traitement et contrôler le taux de prothrombine.

Excès en vitamine K :


La vitamine K n’étant pas emmagasinée en quantité significative, il n’existe pas vraiment d’effets indésirables dus à un surdosage.

Prise de manière très excessive (50 fois les apports journaliers recommandés), la vitamine K peut éventuellement provoquer des troubles hépatiques et peut créer des caillots sanguins.








Guide Phytothérapie

Toutes les plantes de phytothérapie


Guide régimes et minceur

Tous les régimes comparés



     


Rechercher sur le site :